• Une fille, décida de rentrer un peu plus tard chez elle, elle devait ainsi se retrouvée seule tardivement dans les rues.

    Elle n'avait pas peur parce que c'était une petite communauté et elle vivait seulement à une centaine de mètres plus loin.

    Comme elle marchait le long de la trainée de vélo, elle a demandé à Dieu, au nom de Jésus-Christ, de la protéger du mal et du danger.

    Quand elle atteignit la ruelle qui était un raccourci pour aller à sa maison, elle décida de la prendre.

    Cependant, à mi-chemin, en bas de la ruelle elle remarqua un homme qui se tenait à l'extrémité comme s'il l'attendait. Elle a eu un instant d'inquiétude et commença à prier en demandant la protection de Dieu et immédiatement un soulagement et une paix ainsi que le sentiment de calme et de sécurtité l'enveloppa et elle eut l'impression que quelqu'un marchait à ses côtés.

    Quand elle atteignit l'extrémité de la ruelle, elle se retrouva à marcher à côté de cet homme et elle arriva à sa maison sans encombre.

    Le lendemain, elle lut dans le journal qu'une jeune fille avait été violée dans la même ruelle juste vingt minutes après qu'elle fut entrée chez elle.

    Accablée et attristée par cette tragédie, en pensant qu'elle aurait pu être cette victime, elle s'est mise à pleurer en remerciant le Seigneur de sa sûreté accordée et afin d'aider cette jeune femme, elle décida de se rendre au commissariat de police.

    Elle raconta son histoire au policiers et leur dit qu'elle pourrait identifier l'homme en question. Ils lui demandèrent donc si elle serait disposée à regarder une liste de suspects potentiels pour voir si elle pourrait l'identifier. Ce qu'elle fit, et reconnu l'homme qu'elle avait vu dans la ruelle la nuit dernière.

    Ce suspect fut donc arrêté et avoua son crime. Elle fut remerciée par l'officier de police pour son courage et il lui demanda s'il y avait quelque chose qu'il pourrait faire pour elle. Elle lui demanda la possibilité de poser une question à l'accusé.

    Elle voulu par curiosité lui demandé pourquoi il ne l'avait pas attaquée elle plutôt que cette autre femme. Après lui avoir demandé, l'homme lui répondit devant l'officier : "Elle n'était pas seule! Elle avait deux hommes géants qui marchaient chacun de chaque côté d'elle!!"

    Que vous le croyiez ou pas, nous ne sommes pas seuls (es), si vous croyez en Dieu, par Jésus-Christ, Il sera toujours là dans votre coeur, dans votre vie, pour vous et il vous fera toujours jouir de son Amour et sa Protection !


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Jésus, toi la lumière du monde

     

    Toi qui éclaire nos pas,

    Pour le commencement tu étais là.

    Tu as fait séparation,

    Des ténèbres et de la lumière,

    Oui dès la création.

     

    Le plus grand luminaire,

    Président au jour,

    Le plus petit luminaire,

    Président à la nuit.

    Pour éclairer la Terre,

    Oui tu les as établis.

     

    Procurant la lumière,

    Les ténèbres ne l’ont point reçue.

    Cette lumière véritable,

    En venant dans le monde déchu

    Peut éclairer tout homme

    Qui dans son cœur l’a reçue.

     

    Oui cette lumière des hommes,

    Etait celle qui donne la Vie.

    A tous ceux qui dans ce monde,

    Veulent en recevoir l’Esprit.

    Jésus-Christ est cette lumière,

    Ne marchons plus dans la nuit,

    Jésus nous sortira des ténèbres,

    Oui nous aurons la Vie !

     

    Ne demeurons plus dans la nuit

    Pour opérer des œuvres secrètes,

    Rien ne sera caché devant lui.

    A l’heure fixée par le Père,

    Oui, notre lampe sera éclairée

    Par l’huile que nous nous sommes acquis.

     

    En acceptant d’être à notre tour par Lui établis :

    Une lumière pour les nations perdues,

    Jusqu’aux extrémités de la terre,

    Sachons leur apporter en son Nom le Salut.


    votre commentaire
  •  
    Un chevreau, un agneau,
    qu'importe pour le monde?
    Ses enfants seuls savent que d'un mot
    en obéissant à Dieu, sa grâce abonde.
    Ne dites pas non, dites oui
    A celui qui peut vous donné la vie.
    Ce n'est pas pour un jour pour une heure,
    mais c'est pour l'éternité qu'elle demeure.
    Oui Jésus-Christ est celui
    qui n'a pas hésité à donner sa vie.
    De plein gré il souffre, il meurt, il rescussite
    afin que plusieurs enfin existent
    et puissent venir avec les anges
    adorer et autour de son trône,
    avec amour et chose étrange
    louer le Seigneur et en être ses membres.
    Que tous ensembles par son amour réunis
    nous puissions enfin partager son Paradis !

    Alléluia !
     
    Avec tout mon amour fraternel en Jésus-Christ.

    votre commentaire
  • Un théologien longe une église où un groupe charismatique est en pleine louange. Intrigué, il entre pour s'informer.

    - « Nous louons le Seigneur parce qu'il a ouvert les eaux de la Mer Rouge au peuple d'Israël ! »

    Immédiatement, le théologien intervient publiquement pour expliquer comment les choses se sont vraisemblablement passées : c'était la mer des joncs qui était peu profonde et Moïse connaissait les bons passages, etc., etc.

    L'enthousiasme de l'assemblée en est totalement refroidi et le théologien sort de l'église, heureux d'avoir contribué à éclairer des chrétiens sur la compréhension de l'Écriture.

    Mais à peine sorti, il entend la louange reprendre de plus belle.

    De retour dans l'église, il les interroge de nouveau :

    - « Nous louons le Seigneur parce que, malgré la faible profondeur de l'eau, il y a noyé toute l'armée de Pharaon ! »

     

    (Article publié sur vi7evangile.ning.com)


    votre commentaire




  • Il y avait une fois un Roi qui avait quatre épouses.

    Il aimait sa quatrième femme plus que toutes les autres.

    Il lui donnait de jolis présents et l'entourait de beaucoup de soins. Il la comblait de ce qu'il avait de meilleur.

    Il aimait également sa troisième femme et la présentait avec fierté aux Rois voisins. Mais il avait peur qu'elle ne parte un jour avec un autre Roi.

    Il aimait aussi sa deuxième épouse. Elle était sa confidente : chaque fois qu'il avait un problème, il lui en parlait.

    La première épouse du Roi était sa compagne la plus loyale ; c'est avec elle qu'il a construit son royaume.

    Cependant, il n'aimait pas suffisamment sa première épouse. Il lui accordait très peu d'importance.

    Un jour, le Roi tomba gravement malade.

    Sur le point de mourir, il se mit à réfléchir :

    « J'ai quatre épouses, mais quand je vais mourir, je serai seul ».

    Il appela donc sa quatrième épouse et lui dit :

    « Je t'ai aimée plus que toutes les autres. Je t'ai donnée ce que j'ai de meilleur. Maintenant que je suis en train de mourir, voudrais-tu venir avec moi ? Voudrais-tu être ma compagne pour toujours ? »

    « Tu es fou ? »,
    demanda-t-elle, avant de s'éloigner, sans ajouter un mot. Sa réponse pénétra douloureusement dans le cœur du Roi comme un couteau aiguisé.

    Le Roi dit ensuite à la troisième épouse :

    « Je t'ai aimée toute ma vie. Maintenant que je suis en train de mourir, es-tu disposée à me suivre ? »

    « Non ! » répondit-elle, « la vie est trop belle. Quand tu seras mort, je me remarierai ! »

    Cette réponse surprit le Roi et il en fut tout triste. Il dit alors à sa seconde épouse :

    « Je suis toujours venu à toi dans mes moments difficiles. Et tu m'as toujours aidé. Maintenant que je vais mourir, veux-tu me suivre ? »

    Elle répondit :

    « Je regrette vraiment de ne pouvoir te suivre, mais je promets de te faire un bel enterrement ».

    Le Roi fut désemparé, toute sa vie, il s'était trompé sur les sentiments de ses épouses. Il entendit alors une voix qui disait :

    « Moi j'irai avec toi ; je te suivrai partout où tu iras ».

    C'était la première épouse qui venait de parler.

    Le Roi la regarda et il eut honte : elle était maigre, malade, résignée. Il dit alors :

    « C'est toi que j'aurai dû aimer plus que les autres lorsque j'en avais les moyens ».

    Et il pleura.

    En réalité, chacun de nous a quatre épouses.

    Notre quatrième épouse est notre corps. Quel que soit le soin que nous lui apportons, il nous laissera le jour de notre mort.

    Notre troisième épouse est notre richesse et notre situation sociale. Elle peut nous quitter à tout instant et ne nous sera d'aucun secours à notre mort.

    Notre deuxième épouse, ce sont nos amis et notre famille. Ils sont d'un grand appui pour nous, mais au jour de la mort, tout ce qu'ils peuvent faire pour nous, c'est organiser nos funérailles.

    Notre première épouse c'est notre âme, que nous oublions souvent et que nous traitons si mal. Pourtant elle est la seule qui nous accompagnera en tout lieu. Jusqu’au ciel. Devant le Créateur de toutes choses.

    Prenons le temps de la soigner et de l'entretenir, par la Parole de Dieu, afin qu'elle soit belle et saine, devant le Seigneur des seigneurs et qu’elle soit accueillie par ces belles paroles de Celui qui domine, pour l’éternité, sur toutes choses :

    « Entre dans la joie de ton Maître, bon et fidèle serviteur ! »

    Auteur : Inconnu

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique