• Prier, mais qui prier et comment prier? 2ème Partie

     
     
    Prier, mais qui prier et comment prier 2ème Partie
     
    Nous avons vu dans la première partie le début de la prière.
    Nous approcher de Dieu avec la repentance en acceptant le pardon en Jésus-Christ.
    La première des choses à savoir c’est à qui nous adressons nous quand nous prions, nous nous adressons au seul Dieu unique existant, l’Eternel, celui qui a créé toutes choses.
    Nous allons donc maintenant un peu plus loin, après avoir fait le « balayage » de tous les faux dieux qui ne pouvaient rien pour nous.
    Que nous enseigne la Parole de Dieu pour la prière.
    Jésus-Christ, notre modèle est venu pour nous montrer le chemin à nouveau, pour nous enseigner ce que nous devons faire.
    Alors, moi lorsque j’étais catholique, on nous faisait apprendre la prière par cœur, celle du « Notre Père ». Les autres prières nous n’en parlerons pas puisque nous savons, aujourd’hui, qu’elles étaient adressées à des démons et que nous avons choisi de suivre le Seigneur.
    Jésus nous donne un schéma de prière, il ne nous demande pas de répéter sans cesse ces paroles. Lui-même a fait des prières qui n’étaient pas du tout le « Notre Père » que la religion nous inculque.
    Il ne nous demande pas de répéter ces phrases encore, encore et encore, de les réciter par cœur, bien au contraire, Il nous dit quelque chose de bien plus profond. Voulez-vous vous y plonger avec moi ?
    Les prêtres,  religieux de l’époque, scribes, les religieux appelés pharisiens ou sadducéens, ces gens dont le cœur, pour la plus part, étaient loin de Dieu, appliquaient « une religion » et se l’accommodaient comme bon leur semblait. Ils tordaient en quelques sortes les Ecritures, et leur donnaient le sens qui pouvait bien les secourir lorsqu’ils étaient pris en défaut. Au pire, la personne devait disparaître si elle ne suivait pas leur doctrine. (comme du temps où Etienne fut lapidé par un groupe de religieux  assassins, refusant le Christ, accompagnés de Saul de Tarse, qui devint l’Apôtre Paul).
    Une différence entre les deux catégories était que les pharisiens  étaient extrémistes dans la loi, religieusement et sans l’Esprit de Dieu. Et les Sadducéens, religieux aussi, mais eux, ne croyaient pas en la résurrection des morts. L’un comme l’autre était religieux plus que attachés à connaître Dieu.
    Au moment où Jésus débute son ministère sur la terre, va-t-il chercher des gens religieux ? Non, pourquoi ? Parce que pour recevoir l’amour de la vérité, il nous faut être simple, et comme des enfants.
     Nous allons nous plonger maintenant dans les passages bibliques qui vont nous ouvrir l’Esprit, pour comprendre le message de Dieu.
    Allons en premier dans le Nouveau Testament,  dans l’Evangile selon Matthieu, au chapitre 2 et au chapitre 3 : Jean-Baptiste annonçait la repentance et le baptême d’eau et prophétisait le baptême du Saint-Esprit. (Comme l’avait annoncé le Prophète Esaïe ainsi que le Prophète Malachie, quelques centaines d’années auparavant). Au moment de Dieu, les prophéties se réalisent et Jésus-Christ, Dieu qui est venu en chair, nous montrer le chemin, se fait baptiser et reçoit le Saint-Esprit. (La Bible nous dit « descendit sur Lui, en forme corporelle comme une colombe). Dieu vient « habiter dans ce corps et l’Esprit de Dieu le remplit). Nous avons là un des mystères sur lequel des milliers et milliers de personnes se posent des questions, y-a-t-il un Dieu ou Trois Dieux ? Dieu est tout simplement Père, Fils, et Saint-Esprit. Cette révélation nous est donnée lorsque nous acceptons de nous donner et nous soumettre entièrement à Dieu, par le nom de Jésus-Christ et que lui-même nous envoie le Saint-Esprit qui vient habiter en nous, faisant partie intégrale de l’identité de Dieu. Il ne faut pas que nous l’expliquions, il faut que nous le vivions, et si nous le recherchons de tout notre cœur, nous le trouvons.
    Au chapitre 4, nous lisons qu’Il fut emmené par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. On peut se demander pourquoi. Car Dieu n’est-il pas le Tout Puissant ? Jésus nous montre qu’il a jeûné 40 jours et 40 nuits. Ce fut une préparation spirituelle. Il fit en quelque sorte mourir les désirs charnels. Le diable est venu le tenter sur 3 points importants :
    ·        1. Le désir de contenter la chair, et bien qu’il eut faim, il n’obéit point au diable, mais il lui cite la Parole de Dieu qui est toute puissante : Deutéronome chapitre 8 verset 3.
    ·        2. Le désir de contenter son âme, prendre plaisir à sa « position » sociale, et religieuse. Et nous voyons que là,  après son premier échec, le diable utilisa la Parole de Dieu pour le séduire. Mais Jésus répondit à nouveau par la Parole Puissante : Deutéronome chapitre 6, verset 16.
    Il s’agissait d’une disposition de cœur : Psaumes 95 verset 8 « N`endurcissez pas votre cœur, comme à Meriba, Comme à la journée de Massa, dans le désert ».
    ·        3. Le désir de contenter son Esprit : l’adoration de divinité pour avoir ce que l’on désire. Mais nous voyons Jésus lui répondre selon la Parole de Dieu, avec autorité, sans allusion de compromis avec le choix de son Dieu, et le diable a donc essuyé son échec total et il est dit qu’il le laissa, il comprit qu’il n’avait pas la possibilité de le faire pécher.
    Le Seigneur donc a connu toutes les tentations, toutes les possibilités de pêcher contre Dieu, et il a résisté, il a vaincu le malin. Il connaît tout ce que nous pouvons faire comme pêché, rien ne lui est caché.
    C’est vrai que quoique nous ayons pu faire avant de l’accepter dans notre vie, lorsque nous lui confessons et lui demandons pardon et avec cette réelle conviction de lui avoir meurtri un bout de son corps qu’il a offert pour nous laver de ces péchés, il nous pardonne et efface à jamais nos transgressions, pourvu que nous nous en détournions, et parfois nous avons besoin de son aide pour avoir la victoire sur ces péchés.
    Jean, nous enseigne donc en premier plan, la confession de nos péchés, les baptêmes, et Jésus nous enseigne la prière et nous dit aussi que parfois nous demandons mal et que c’est pour cela que nous ne recevons pas.
    Allons dans l’Evangile selon Matthieu chapitre 6 aux versets 5 et 6 : « Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le lieu secret, te le rendra. »
    Je pense à des chrétiens, qui n’auraient pas de vie de prière chez eux, et qui, le dimanche, ou le jour de la réunion, se précipiteraient pour se dire que les autres verront qu’ils ne manquent aucune réunion, aucun culte, qu'elles sont des personnes assidues.
    Sans vouloir juger, cela se voit. J’ai eu, moi-même, une courte époque de ma vie chrétienne comme cela, (et je remercie le Seigneur de m’avoir fait connaître mon péché). Je me suis demandé pourquoi il ne se passait rien de bien dans ma vie, et rien aussi bien spirituellement que matériellement. J’avais à ce moment une triste vie chrétienne !
    Ce qui compte, c’est de se tenir devant Dieu, et pas de paraître devant le monde, chrétien ou païen.
    Jésus nous donne aussi ces paroles : aux versets 7 et 8 : «  En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas ; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez ».
    Dieu sait bien ce dont nous avons besoin, il attend que nous le lui demandions, mais comment, pas en passant par d’autres divinités ou idoles, ou saints, ou vierges ou autre gri-gri etc. Alors Jésus nous donne le plan de la prière et nous donne aussi beaucoup de détails pour que nos prières arrivent à Dieu favorablement et qu’elles soient exaucées.
    Lisons le passage du chapitre 6 du verset 9 au verset 13 :
    « Voici comment vous devez prier : »
    Ordre de Jésus-Christ.
    « Notre Père qui es aux cieux ! »
    Reconnaître le seul vrai Dieu, celui qui est dans les cieux et non sur la terre avec une quelconque représentation, puisqu’il a en horreur toutes ses représentations faites de mains d’hommes. Il nous demande un acte de foi. Il nous demande de croire en Lui.
    « Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; »
    C’est dans un esprit de foi, un esprit de louange pour son nom, pour sa personne que nous nous approchons en prière de Lui et nous espérons sa venue, nous espérons que son règne vienne.
    « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel »
    Nous ne voulons pas adresser à notre Père des désirs qui ne soient pas dans son plan, dans sa volonté, nous voulons être dans sa volonté et nous lui demandons selon sa volonté, ce qui implique que quoiqu’il arrive dans sa volonté, nous l’acceptons et nous nous y soumettons.
    « Donne-nous notre pain quotidien »
    Nous savons que Dieu a d’avance prévu de ce que nous avons besoin, et le pain quotidien peut représenté d’une part, le besoin du jour, dans sa volonté, pour notre vie charnelle, et le besoin du jour pour notre vie spirituelle, car nous vivons de toutes paroles qui sortent de la bouche de Dieu. Chaque jour, nous avons besoin de passer du temps dans sa parole, de parler à Dieu et lui adresser des prières, tout va ensemble.
    « Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ».
    Ouf ! Ici je crois qu’il faudrait que nous partagions un chapitre spécial pour cette phrase.
    Je vais simplement pour aujourd’hui dire ceci : pardonner c’est dire : on oublie tout, on fait comme si cela n’avait jamais existé, sans condition, et on n’en parle plus jamais, à moins que cela ne se reproduise à nouveau. Il faudrait alors là de nouveau confesser le péché et le pardonner de nouveau bien sur, donc répéter la même opération. (Jésus nous dit que nous devons pardonner 70 fois 7 fois).
    Donc en résumer : si nous péchons, nous demandons pardon à Dieu et à la personne que nous avons offensée, et si nous sommes blessés, nous pardonnons à la personne qui nous a offensés en le lui disant, et nous disons à Dieu que nous pardonnons cette personne.
    « Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du mal.
    Nous sommes souvent tentés, nous sommes souvent en lutte avec notre chair, nos sentiments, qui voudraient nous pousser à commettre un péché. Là, nous sentons une lutte entre l’Esprit de Dieu et la chair. La chair qui essaie de trouver tout un tas de « bonnes raisons » pour rassurer notre esprit de bien faire. Et nous avons l’Esprit de Dieu qui nous montre que nous ne devons pas faire ceci ou cela, mais que nous devons immédiatement demander à Dieu de nous aider, par le nom de Jésus-Christ, à transformer notre caractère et nos sentiments. Et chose merveilleuse : Il le fait !
    Parfois nous sommes faibles, nous péchons, mais si nous confessons nos faiblesses à Dieu, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et nous aider à prendre la victoire.
    « Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! »
    Nous devons restés humbles devant Dieu, celui qui a le pouvoir de nous accorder le souffle de vie, la santé, la joie, le bonheur malgré les difficultés, l’amour, et tout ce qui peut nous permettre de vivre heureux et de ne manquer de rien. C’est bien donc à Lui, notre Dieu trois fois Saint : Père, Fils, et Saint-Esprit, que reviennent l’honneur et la majesté pour toujours, car c’est lui qui le fait en nous, par sa grâce et son amour pour nous.
     
    Soyez abondamment bénis dans le nom puissant de notre Seigneur Jésus-Christ Amen !
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :